Les élus du territoire mobilisés pour le maintien de la Ligne 17

La ligne 17 du métro menacée ©CARPF

Après la manifestation du 12 octobre dernier de près de 200 élus du territoire, dont le maire d'Arnouville Pascal DOLL, pour exiger le maintien du projet des Lignes 16 et 17 du Grand Paris Express, une pétition a été lancée par la Communauté d'agglomération Roissy Pays de France.

Afin de soutenir cette action pour le maintien du déploiement des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express : signez la pétition en ligne

Vous pouvez également remplir le formulaire ci-joint et le remettre en mairie, auprès du service communication.

Zoom sur la ligne 17

La ligne 17 du Grand Paris Express doit être mise en service jusqu’aux nouvelles gares du Triangle de Gonesse et Roissy CDG à l’horizon 2024, et du Mesnil‐Amelot à l’horizon 2030.

Elle constitue le projet névralgique de désenclavement du Grand Roissy. Depuis plus de quatre ans, l’ensemble des politiques de mobilités, de développement économique et résidentiel sont centrées autour des gares avec l’amélioration de l'accès des populations à l'emploi, la diminution des inégalités territoria les en favorisant les déplacements vers la capitale, les aéroports et les pôles économiques, et la contribution à la transition écologique en facilitant le report modal des déplacements.

Enfin, la ligne 17 figure dans le dossier de candidature de Paris 2024 qui a déterminé comme objectif d’assurer un transport rapide, fiable et sécurisé.

Cette ligne est indispensable car elle permettra aux passagers arrivant à l’aéroport de Roissy CDG de se rendre sans rupture de charge au village olympique à Saint‐Denis, au village des médias au Bourget et aux différents sites olympiques et paralympiques.

Grand Paris Express : un enjeu majeur pour le territoire 

Il semblerait que le gouvernement remette aujourd’hui en cause, pour des raisons financières, le calendrier et les conditions de réalisation, voire la réalisation elle‐même, des lignes 16 et 17.

Ces motifs sont inacceptables dans la mesure où le financement du nouveau métro est assuré par une taxe spécifique prélevée sur les entreprises et les habitants.

Fragiliser la réalisation de ces lignes du Grand Paris Express, c’est menacer une dynamique de développement territorial qui constitue une chance historique pour le Grand Roissy, ses habitants, ses salariés et ses entreprises mais aussi pour l’attractivité et la compétitivité de notre pays à l’international.

Les territoires ruraux et péri‐urbains du Nord‐est de l’Ile‐de France subissent cette fracture territoriale, dans la mesure où le manque de dessertes en transports en commun oblige les habitants à utiliser leur voiture, subissant quotidiennement la congestion du réseau routier et contribuant à l’aggraver.